Accueil » Node » Clarion Hotel Post, Gothenburg, Suède
Références

Clarion Hotel Post, Gothenburg, Suède

Chris Hodson

Après 20 ans d'inactivité, le bâtiment central de la Poste de Drottningtorget à Gothenburg (Suède) a été converti en hôtel de 500 chambres, le Clarion Hotel Post. Une réaffectation qui s’est accompagnée d’ajouts modernes pour refléter les aspirations de cette ville bouillonnante.

Le bâtiment d'origine a été conçu entre 1918 et 1925 par l'architecte de Gothenburg, Ernst Torulf, dans un style classique nourri d’influences maniéristes, avec des briques et pierres d'ornement, et des toits en ardoise mansardés dont les détails en cuivre ont verdi avec le patinage du temps. La Poste est désormais un édifice inscrit au patrimoine national. D'apparence toute simple, la stratégie des architectes Semrén & Månsson a consisté à combler le vide du plan d'origine en forme de fer à cheval par un nouvel ajout, à l'intérieur, pour occuper l'ancienne zone de chargement de la Poste. Le bâtiment existant a été restauré et adapté pour remplir sa nouvelle fonction, tout en respectant son caractère d'origine, ses détails et son statut d’édifice protégé. Ce qui restait de la cour a également été remplacé par de nouvelles chambres aux niveaux inférieurs. Un toit vitré inonde de lumière les espaces communs.

Un nouveau point de repère pour la ville

La fermeture de la cour crée une nouvelle façade ouverte au public sur le côté est du bâtiment donnant sur Åkareplatsen et Odinsgatan. La construction comble la cour des deux côtés – une aile revêtue de cuivre, l'autre d'ardoise, les mêmes matériaux que ceux utilisés pour l'ancienne Poste – et s'aligne sur le niveau des toits d'origine. À l'endroit où les ailes se rejoignent, ces dernières se dressent telle une paire de formes monolithiques séparées par un éclat de verre vertical. La tour de treize étages ainsi créée forme un nouveau point de repère dans la ville et renseigne également une entrée subsidiaire de l'hôtel. L'entrée principale, annoncée par sa mosaïque en or opulente, est conservée sur la façade ouest du bâtiment existant et donne sur Drottningtorget, une place publique.

Les nouveaux ajouts respectent et reflètent la grille horizontale de l'ancien fenêtrage, mais rompent l'alignement vertical simple des ouvertures. Les nouvelles façades sont conçues telles des panneaux carrés, comportant chacun des bandes de cuivre ou d'ardoise horizontales, ainsi qu'un vitrage affleurant, apparemment posé de manière aléatoire. D'après les architectes, cette surface plane striée et froncée a été en partie inspirée par l'église de Lajasalo en Finlande, avec ses bandes horizontales de cuivre pré-patiné.

Mais ici, la verticalité est réintroduite par la jonction des panneaux, mise en valeur par les nuances de couleur des bandes de cuivre horizontales qui se rejoignent. Une approche moderne des « pierres angulaires » verticales traditionnelles (observées sur le bâtiment d'origine) est appliquée pour les angles, sous la forme d’une fine bande – de l' « épaisseur » des panneaux – incorporant parfois un vitrage affleurant dans l'ensemble de cuivre. L'apparence de la façade reste homogène, malgré une terrasse sur le toit et une piscine extérieure surplombant Gothenburg.

Des surfaces en cuivre riches et vivantes

Dès le début, les architectes envisageaient un revêtement en tôle mince pour les nouvelles façades. Cette solution a impliqué des panneaux discrets, tous préfabriqués en usine, puis ajustés sur site pour former une membrane externe de type « mur rideau » indépendante des planchers structuraux. Cela a permis de contrôler étroitement la complexité de la conception des panneaux individuels sur l'ensemble de l'agencement de la façade, avec différentes tailles de vitrages affleurant, et une surface en cuivre variée, striée. Trois tailles de bandes de cuivre ont été utilisées – 200, 250 et 300 mm – ainsi que trois nuances de cuivre pré-patiné, en faisant varier la quantité de vert par rapport au fond brun foncé. La combinaison de ces éléments a permis la création de surfaces en cuivre riches et « vivantes ».

Rôle civique

Le site du Clarion Hotel Post bénéficie d'un emplacement privilégié au cœur même de Gothenburg, près de la gare et du grand centre commercial Nordstaden. La nouvelle tour joue un rôle civique : icône urbaine de premier plan, elle relie les différents axes de la ville qui ont longtemps été déconnectés. Clairement inscrite dans le prolongement d'Odinsgatan, la tour domine la vue de cette avenue rectiligne. Elle s'élève également au-dessus de l'ancienne Poste lorsqu'on l'observe depuis la place publique ou d'autres emplacements clés du centre.

Clarion Post Hotel : Interview du Professor Magnus Månsson, propriétaire du cabinet d’architecte Semrén & Månsson

Chris Hodson discute de l’hôtel Clarion Post avec le Professeur Magnus Månsson, propriétaire du cabinet d’architectes Semrén & Månsson

CH : Comment avez-vous été amené à vous impliquer dans le projet de l’Hôtel Post ?

MM : J’ai été invité par un entrepreneur à trouver un lieu pour la construction d’un gros hôtel à Göteborg, près de la gare centrale. J’étais déjà occupé sur un autre projet d’hôtel et j’étais alors préoccupé par l’anatomie et la typologie du bâtiment. Le bâtiment des Postes a été converti en bureaux à la fin des années 80 mais quand je l’ai regardé, j’ai pensé : ce n’est pas un bureau, c’est un hôtel, uniquement de par la position des fenêtres. L’entrepreneur a accepté ma proposition pour ce projet spectaculaire combinant l’ancien et le moderne. C’était il y a 8 ans de cela.

CH : Quels furent les challenges dans le travail sur ce bâtiment protégé et si proéminent ?

MM : Bien sûr il y a tout d’abord eu une lutte face aux différentes autorités. Ce bâtiment est protégé par la plus haute classification de protection de Suède et nous avons eu affaire non seulement aux autorités locales mais également à l’organisation nationale de Stockholm, ce qui permet de dire que ce fût une bataille. En fait, on ne pouvait rien  changer à l’extérieur, ce qui fut un des points de départ. La chose intéressante est que nous avons trouvé plus de compréhension plus nous montions dans les échelons de l’organisation de protection du patrimoine. Ils ont pensé de manière plus positive à ce qu’il était possible de faire avec ce bâtiment, afin qu’il puisse à nouveau être ré-ouvert au public. J’admire réellement cet état d’esprit.

CH : Comment avez-vous décidé de concevoir l’hôtel. Était-ce un processus de collaboration au sein de votre bureau ou avez-vous développé les concepts initiaux vous-même ?

MM : Les 2. Mais pour ce projet nous avons essayé de ne pas simplement sauter dans un processus de conception. Cela nous a pris 4 ou 5 mois uniquement pour mettre au point la logistique, élément critique dans le succès de cette
réalisation hôtelière,  particulièrement les entrées et les accès internes.

CH : Je vois que vous avez changé les entrées principales du niveau supérieur aux deux extrémités du bâtiment pour faire une entrée unique au niveau de la place publique, pourquoi ?

MM : Les anciennes entrées n’auraient tout simplement pas fonctionné de manière pratique pour un hôtel. Nous avons également expérimenté des problèmes architecturaux. Quand le bâtiment a été érigé au 20ème siècle, des bâtiments publics tels que celui-ci montraient le pouvoir de l’état sur l’individu. C’est l’inverse pour un hôtel moderne : le bâtiment doit être avenant. C’est la raison pour laquelle nous avons dû changer la dynamique et l’accueil du bâtiment pour qu’il soit plus ouvert, moins sérieux et raide, je pense que nous y avons réussi avec la nouvelle entrée.

CH : L’entrée principale se situe sur la façade Ouest mais vous avez également ajouté un accès par la façade Est. Pourquoi ?

MM : L’entrée Est, dans le nouveau bâtiment, n’a d’utilité que pour les conférenciers, évitant l’accès par la réception de l’hôtel. Mais la question se posait également quant à l’approvisionnement et l’enlèvement des nappes, de
l’eau, de la nourriture et des déchets etc…, problème que nous avons solutionné par l’ajout de portes de services. Ce fut la partie la plus facile du projet, ensuite il a fallu distribuer les services par l’intérieur de l’hôtel sans que les
clients ne s’en aperçoive, c’est ce qui nous a occupés pendant les 4 premiers mois.

Commentaire de CH : pour avoir séjourné à l’hôtel, je dois reconnaître que c’est particulièrement impressionnant de ce point de vue. Tout se passe dans les coulisses et de manière presque invisible.

CH : Malgré le fait que vous possédiez 3 autres bureaux, vous êtes basé localement à Göteborg. Votre approche pour un projet est-elle différente selon que ce soit à domicile ou ailleurs ?

MM : J’espère que non.  Mais, bien sûr, je passe devant ce bâtiment tous les jours en venant de chez moi c’est
pourquoi ce projet m’est particulièrement proche.

CH : D’un point de vue planification urbaine, considérez-vous le Post Hotel comme ayant un rôle civique majeur ?

MM : Oh oui, il en a un. Göteborg peut être considérée comme une petite ville d’une grande taille. Nous avons toujours les secteurs historiques centraux, à petite échelle avec l’atmosphère du 17ème siècle. Quand le
gouvernement suédois a construit le bureau de poste, il couvrait deux blocs malgré le fait qu’une rue était prévue entre ces deux blocs. Cela a stoppé l’expansion naturelle de la ville vers l’est, avec une rue étroite et encombrée
avec des trams, pressée contre le bâtiment. La nouvelle tour de cuivre et d’ardoises annonce la nouvelle ville à l’est, vue de l’ancien centre. Cela a pour conséquence d’agir comme un point focal fermant l’avenue vers l’est et la
création d’une nouvelle place en face, actuellement en cours de planification.

CH : Y a-t-il un symbolisme dans ces tours couplées revêtues de cuivre et d’ardoise ?

MM : Pas en tant que tel. Le concept original envisageait une tour plus grande, qui a été réduite par les autorités locales. Cela a été décidé quand je suis venu avec l’idée de la construire avec deux matériaux différents afin de lui
donner de meilleures proportions. Nous avions des différences d’approches pour les deux matériaux avec moins et de plus petites fenêtres dans la tour d’ardoises, lui donnant un aspect monolithique. La tour en cuivre donne une
sensation de matériel beaucoup plus fin. Il existe beaucoup de petits signes qui vous demandent d’interpréter les différences.

CH : Y avait-il d’autres raisons pour utiliser du cuivre et de l’ardoise plutôt que de référencer simplement le bâtiment original ?

MM : En 1920, tout fonctionnait à l’échelle locale, mais c’était naturel et nous étions fiers d’avoir des matériaux comme le cuivre. Nous souhaitions développer cet héritage par un langage matériel qui distinguait les nouvelles
zones mais avec une continuité. Je vois le nouveau bâtiment comme un jeune parent possédant le même ADN.  Le cuivre fut donc très important dans cette conception.

CH : Vous avez utilisé différentes largeurs de bandes de cuivre avec différentes intensités de patine. Quelles étaient vos intentions derrière cette approche ?

MM : Oui, je suis très fier du résultat, c’était une merveilleuse façon de réaliser une façade cuivre. En fait, la taille des ardoises coupées suggérait une approche similaire pour la structuration des bandes de cuivre afin de leur donner une texture semblable et d’obtenir un effet d’horizontalité miroir avec celui de la brique traditionnelle que l’on peut observer partout dans la ville.

CH : Il me semble que Göteborg se voit comme une ville jeune et vibrante à bien des égards et l’hôtel est à présent une priorité pour la population locale.

MM : Je suis d’accord. Dès le début, les gestionnaires de l’hôtel ont dit que cet édifice devrait être un lieu de
rencontres (pas seulement pour les clients de l’hôtel mais pour Göteborg), ce fut un élément central du programme. Cela a bien fonctionné car nous avons pu utiliser les zones massives et protégées du bâtiment original pour l’espace
public.

CH : Quelle implication avez-vous eu pour les intérieurs et d’autres aspects de la conception ?

MM : Nous avions en charge la responsabilité complète des intérieurs ainsi que du travail traditionnel architectural. J’aime approcher les projets d’un point de vue holistique et parmi notre société de 80 architectes, il y en a 7 ou 8 dévoués à la conception des intérieurs, c’est la raison pour laquelle nous avons l’habitude de faire des choses comme celles-là.

CH : C’est une excellente solution, on passe de l’ancien bâtiment au nouveau sans même remarquer son âge, seulement une diversité d’espaces.

MM: Comme si les espaces s’entrelaçaient. Au niveau de l'entrée, il y a une sensation plus moderne contrastant avec les espaces beaucoup plus grands au-dessus. Mais tout ce qui concerne l'atmosphère de l'hôtel doit refléter l'attitude
particulière de Göteborg comme une «deuxième ville» dans un pays. Nous sommes très fiers d'être un port ouvert
sur le monde. Nous n'avons pas un héritage de familles nobles, mais des commerçants talentueux.

CH : en plus de la gestion des quatre bureaux de votre cabinet d’architecture, vous êtes également enseignant. Lorsque vous en avez la possibilité, comment vous détendez-vous ?

MM : C'est un acte de jonglerie et je n’ai pas beaucoup de temps libre. Mais, quand je le peux, je dessine.

Partager: 

Bâtiment

Propriétaire: 
Clarion Hotel Post
Date d'achèvement: 
2012
Pays: 
Suède
Code postal: 
411 03
Ville: 
Göteborg
Rue: 
Drottningtorget 10
Lieu: 

Catégories

Applications: 
Façades
Façades/panneaux
Type de bâtiment: 
Hôtels, logements
Restaurants
Type cuivre: 
Pré-patiné
Typologie: 
Rénovation

Architecte

Nom: 
Semrén & Månsson

Couvreurs

Nom: 
Skandinaviska Glassystem AB
Adresse & description: 
Copper Product: Nordic Green™ Living

Awards

Saison: 
2013
Catégories: 
Finalistes

En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour plus d’information suivez ce lien.

Accepter